Bien-cuit de Marie Dumouchel
Animatrice socioculturelle au Collège André-Grasset

 

Un bien cuit pour Line.


INTRODUCTION
Il y a quelques temps, Line m’a demandé de lui faire un bien cuit pour son party d’anniversaire… Horreur et damnation ! … Elle aurait pu, à la place, me demander d’organiser le gala des Oscars, ou un spectacle avec Corey Hart ( son idole) et Julie Masse, ou même une parade de mode à présenter en Afganistan.

Je lui aurais répondu : OK, Line, je suis ton homme. Tu peux compter sur moi. Je vais le convaincre de venir chanter pour toi. Sinon, je te promets un gala d’anniversaire animé par les Chip’n Dales, avec Michèle Richard en vedette américaine. Si tu veux un lion sur scène, je te trouverai un lion .

Mais un bien cuit ! Horreur ! … Mille fois horreur ! …

Elle m’a dit : Mais voyons, Marie, tu es comédienne ! Ca va être facile pour toi. Je suis sûre que tu vas être bonne ! …

Et moi, pauvre innocente, j’ai accepté. J’ai accepté en me répétant : il faut que tu sois bonne, Marie, sinon même dans une cage, tu ne seras pas à l’abri de Line.

Imaginez un peu : faire le bien cuit d’une fille qui a organisé elle-même son party d’anniversaire, qui a filtré tous les commentaires s’affichant sur son site Web, qui a choisi ce qu’on mange, ce qu’on boit, les décors, le lieux, l’heure, la liste des invités… Un peu plus et elle nous imposait un code vestimentaire ! …

Une fille pas facile à contenter, mettons…

Il y a de quoi figer. Je veux bien essayer d’être bonne, mais aux yeux de Line, qu’est-ce que c’est, être bonne, sinon d’être parfaite. Et vous savez tous que mon nom n’est pas Miss Perfection !

Alors, je me suis mise à réfléchir, à penser à tout ce que j’ai appris sur Line depuis que je la connais. Et puis, dans une illumination qui m’a jetée par terre, j’ai soudain compris que Line non plus ne s’appelle pas Miss Perfection, malgré toutes les apparences ! … Yes !, me suis-je écriée… Je n’ai qu’à faire une liste de ses légères, oh ! très légères, imperfections, et j’ai encore quelques chances d’éviter de m’enrôler dans l’armée pour fuir jusqu’en Afganistan…

Alors, voici quelques détails croustillants sur les faits et gestes de notre amie Line.

MANGER AU RESTAURANT

Quelqu’un ici est-il déjà allé manger au restaurant avec Line ? Oui ? Alors vous savez que c’est une expérience traumatisante, surtout pour le serveur.

Au moment où elle s’asseoit, Line prépare son rituel : elle commence par placer les objets autour d’elle, après avoir pris soin de tous les essuyer discrètement en dessous de la table, surtout les ustensiles. Quand le sel et le poivre sont à leur place, et que les pots de crème on été séparés des pots de lait, Line passe sa commande.

Alors débute la saga du serveur, parce que Line arrive rarement à s’entendre avec le menu. Qu’est-ce qu’il y a dans votre salade ? demande-t-elle. Peut-on remplacer la laitue romaine par de la frisée ? Je ne veux pas de croûtons, s’il-vous-plaît. Et pour la vinaigrette, j’aimerais qu’elle soit servie à part. Apportez-moi aussi un Seven’Up diète sans glace… Ah ! oui, j’oubliais, il est important que personne ne touche à ma nourriture à part le cuisinier…

Et ça ne fait que commencer ! Si Line commande du poulet bien cuit, s’il-vous-plaît ! - comme plat principal, elle s’assure du contenu de l’assiette. Ainsi, les fettuchini alfredo qui l’accompagnent sont remplacés par des légumes boullis. Il est important que le poulet ne touche pas au légumes. Et enfin, dit-elle au serveur, servez-moi un poisson poché à la place du poulet… Bien cuit, le poisson, s’il-vous-plaît ! Et n’oubliez pas mon Seven’Up diète , sans glace…

Je ne sais pas combien de serveurs elle a pu rendre fous.

Même au déjeuner, Line s’emporte. Elle commande un œuf qu’elle remplace aussitôt par une salade de fruits. Elle écarte de son assiette le fromage cottage pour réclamer du yogourt. Ensuite, elle explique au serveur comment disposer les aliments dans son assiette. Et si les fruits ne sont pas mûrs, elle n’y touche pas. Et avant de s’acquitter de la facture, elle recalcule tout, prix, taxes et pourboire.

Je ne sais pas combien de serveurs notre amie Line a pu rendre fou. Mais j’ai l’impression que si on parvenait lui interdire de fréquenter les restaurants, il y aurait moins de psychiatrisés dans les hôpitaux !

DORMIR À L’HÔTEL

Voici un autre trait troublant de la personnalité de Line.

C’est la seule personne que je connais qui achète des draps neufs à lorsqu’elle couche à l’hôtel. Pourquoi ? Je ne le sais pas. Mais elle doit avoir un compte de dépense astronomique pour ses déplacements.

Alors, imaginez un instant le stress de tous ceux qui organisent des réunions où Line est présente ! L’hôtel sera-t-il à la mesure de ses attentes ? Le restaurant de l’hôtel a-t-il assez de serveurs sur le plancher pour répondre aux besoins de Line ? Les salles de réunion sont-elle impeccables ? L’ascenseur fonctionne-t-il bien ? Le service aux chambres est-il prompt et courtois ?

Parce que Line ne se gênera pas pour remplir la fiche d’appréciation de son séjour dans cet hôtel. Alors, gare à la moindre poussière qui dort sur le rebord de la fenêtre car elle peut devenir la cause de la perte d’une étoile.

Si par malheur Line était inspecteur de la qualité, il n’y aurait plus un seul hôtel d’ouvert au Québec.

LE TRAVAIL

Au travail, Line est une nomade. Elle a réussi, jusqu’à maintenant, à planter sa tente dans quatre cégeps ainsi qu’au RIASQ. De là à dire qu’elle sévit quelque part pendant un certain temps, qu’elle détalle ensuite avec son bardas, et qu’elle recommence ailleurs, ce serait trop réducteur.

Imaginez Line au travail. Si elle est capable de rendre fous les serveurs au restaurant, ses collaborateurs et assistants n’ont qu’à bien attacher leur tuque, parce qu’il va y avoir du sport.

Mais notre Line est exemplaire. Elle a organisé à peu près tous les événements importants du réseau, et avec brio ! Line place toujours la barre très haute et elle la maintient à bout de bras tant que le tout n’est pas à sa satisfaction pure et complète. Bref, quand tout est parfait.

Succéder à Line dans l’organisation de ces événements, c’est stressant. Comme dans le saut en hauteur, c’est prendre le risque d’échapper la perche avant de franchir la barre. Rien de moins.

SA PERRUQUE

Et puis, enfin, une dernière petite chose avant de me faire assassiner.

Avez-vous remarqué à quel point la coiffure de Line est toujours impeccable ? Jamais un poil qui retrousse, pas un seul cheveux qui nage à contre courant, aucune mèche déplacée. La perfection, je vous dis !…

Cependant, au dernier congrès du RIASQ, j’ai enfin compris son secret. Line porte une perruque !

CONCLUSION

Voilà ! Je vais arrêter ici. Je ne suis pas folle. Je tiens à la vie.

Mais je veux surtout terminer en affirmant que notre amie Line est une des personnes les plus généreuses que j’ai rencontrées. Elle a l’habitude de partager spontanément son expertise et de mettre la main à la pâte s’il le faut.

Cependant, je veux aussi souligner que Line devrait apprendre à lâcher prise de temps en temps. Parce qu’on l’aime, cette petite bibitte-là et qu’on veut la garder longtemps. Sauf qu’à ce rythme-là, elle va finir par exploser. Ce serait dramatique, parce que jamais personne ne pourra remplacer notre amie enfin mon amie Line…